Liste des codes d’erreurs http

Mise à part l’erreur 404, combien d’autres pages d’erreurs connaissez-vous ? Ces codes d’erreur sont destinés à transmettre différentes informations à l’utilisateur. Il peut être utile de les connaître surtout si vous êtes propriétaire d’un site web. Voici donc la liste des codes d’erreur HTTP que vous pourriez être amené à rencontrer.

Comprendre les erreurs HTTP

Derrière chaque page d’erreur il y a un code d’état HTTP envoyé par le serveur web ( sauf si ceux-ci sont cachés par une page d’erreur personnalisée ). Les codes d’erreurs correspondent à 3 chiffres. Le premier chiffre annonce la catégorie du code d’état :

  • Code d’état 1xx : Information
  • Code d’état 2xx : Succès
  • Code d’état 3xx : Redirection

Aucune de ces 3 catégories annonce une page d’erreur contrairement aux codes :

  • 4xx : Accès refusé
  • 5xx : Erreur serveur

Voyons donc ensemble plus en détail ces codes erreurs et comment procéder lorsque vous y êtes confronté.

Erreur côté client : 4xx

Erreur 400 : Requête incorrecte

Chaque fois que le client envoie une requête au serveur et que celui-ci est incapable de l’interpréter, la page d’erreur 400 : Requête incorrecte s’affiche. Ceci se produit généralement lorsque les données envoyées par le navigateur ne respectent pas les règles du protocole HTTP. Le serveur Web ne parvient donc pas à traiter la requête contenant une syntaxe incorrecte. Quand vous voyez une page d’erreur 400 la raison est plus probable qu’il y ai un élément instable du côté client :

  • Un système d’exploitation pas suffisamment protégé
  • Une connexion Internet instable
  • Un navigateur défectueux
  • Un problème de cache

Donc, avant de paniquer , vérifiez simplement ces quelques paramètres. Ouvrez la même page web dans un autre navigateur , effacez le cache , et vérifiez si vos mises à jour de sécurité ont bien été effectuées. Si vous rencontrez régulièrement l’erreur 400 sur les différents sites, votre ordinateur aura besoin d’une analyse complète de sécurité.

Erreur 401 : Non autorisé

Lorsqu’une page web est protégée par mot de passe le serveur indique l’erreur 401 : Accès refusé. Le code 401 ne renvoie pas un message d’erreur classique mais une popup demandant à l’utilisateur de se connecter via un identifiant et mot de passe. Si vous avez ces informations vous pourrez vous connecter sans problème et obtenir l’accès au site protégé, sinon vous serez redirigé vers la page d’erreur : « Accès Refusé ». Si vous êtes propriétaire d’un site web, vous pouvez ajouter cette fonction de protection sur votre site en entier ou seulement une partie par le biais de votre compte de gestion Cette fonction peut par exemple être particulièrement utile pour restreindre l’accès à votre zone d’administration comme le dossier wp-admin d’un site WordPress.

Erreur 403 : Interdit

Ce code d’erreur indique un problème d’accès qui peut être difficile à résoudre parce que le protocole HTTP permet au serveur de fournir cette réponse sans en préciser la raison. La raison la plus courante de cette erreur est que la navigation sur les répertoires du site est interdite. La plupart des sites vous permettent de naviguer en utilisant les URL des pages web et non depuis la structure du dossier interne. Si l’ensemble du site est protégé un code erreur 401 : Accès refusé peut être attendu. Il est possible mais peu probable que le serveur web émet à la place une erreur 403. Certains serveurs web peuvent émettre l’erreur 403 quand ils ont hébergé auparavant le site. Dans ce cas, il n’est pas rare que l’erreur 403 soit affichée à la place d’une erreur plus utile. Si vous avez effectué des changements majeurs sur votre site web (comme par exemple changé d’hébergeur web) il est possible qu’un code d’erreur 403 s’affiche.

Erreur 404 : Non trouvé

La page d’erreur 404 est la plus célèbre, cette page informe l’utilisateur que l’accès à la ressource demandée est introuvable. Si un utilisateur suit, par exemple, un lien dont la page cible n’existe pas alors l’erreur 404 s’affiche. Certains sites redirigent leurs page 404 vers la page d’accueil ou créent des pages d’erreurs personnalisées.

La page d’erreur 404 peut s’afficher suite à :

  • Le fichier demandé n’a pas été publié
  • celui-ci est mal orthographié
  • il n’a pas été placé dans le bon dossier

Erreur 429 : Trop de requêtes

L’Erreur 429 est plutôt rare. Elle s’affiche dans le cas où le serveur reçoit trop de requêtes à traiter en même temps. Vous pouvez par exemple recevoir cette erreur lorsque le nombre de connexions au serveur est trop important. La nature de ces requêtes peut être organique comme par exemple une campagne de publicité ou malveillante comme une attaque DDoS. Si vous êtes propriétaire d’un site web commencez par vérifier votre rapport d’erreurs afin d’analyser si il peut s’agir d’une attaque DDoS

Erreur côté serveur : 5xx

Erreur 500 : Erreur interne du serveur

Le serveur web a rencontré un problème l’empêchant de répondre à la demande du client (votre navigateur). Ces erreurs peuvent généralement être résolues en effectuant la maintenance du serveur.

Erreur 502 : Passerelle incorrecte

Cette erreur ne signifie pas que le serveur est en panne mais que la réponse envoyée à un serveur intermédiaire est incorrecte. Si vous constatez cette erreur avec tous les sites que vous visitez alors il peut s’agir d’un problème avec votre fournisseur d’accès internet (équipement, entretien, surcharge, problème de configuration de votre pare-feu…).

Erreur 503 : Service indisponible

L’Erreur 503 signifie que le serveur web est, en raison d’une surcharge temporaire ou d’une maintenance, incapable de répondre à des demandes HTTP. Cette erreur survient en cas de dépassement des quotas liés à la formule d’hébergement web choisie ou en cas de maintenance en cours sur le serveur.

Erreur 504 : Temps d’attente expiré

Cette erreur signifie que le temps d’attente pour accéder à la passerelle est expiré. Cette erreur peut apparaître si plusieurs serveurs sont utilisés pour accéder à une page. Le premier serveur fonctionne normalement mais le serveur de destination ne répond pas.

 

 

Test A/B : Tester les pages de son site marchand pour doubler ses ventes

Si vous ne faites pas de Tests A/B sur votre boutique en ligne, alors vous laissez partir de nombreux clients potentiels qui pourtant ne demandaient qu’à acheter sur votre site. Pourquoi partent-ils sans acheter ? Parce qu’ils n’ont pas été convaincu ou parce qu’un élément les a rebuté au point de devenir un obstacle entre eux et le bouton « commander ».

Le problème, c’est qu’on ne peut jamais savoir par avance ce qui va convaincre nos visiteurs ou ce qui va les faire fuir. On a bien sûr quelques idées basées sur de grands principes théoriques. Pourtant, il arrive souvent dans le commerce que la pratique contredise la théorie. La solutions est donc de tester plusieurs versions d’une même page de votre site et de garder celle qui donne les meilleurs résultats.

Il se peut par exemple que votre taux de transformation (nombre d’achats par rapport au nombre de visiteurs) soit actuellement de 1% et qu’il passe à 2% après avoir testé et amélioré les pages stratégiques de votre boutique. Ce qui revient donc à doubler vos ventes.

Comment tester ses pages ?

Il va d’abord falloir concevoir plusieurs versions d’une même page, puis la tester auprès de vos visiteurs. Pour cela, il existe deux solutions :

  1. faire alterner les versions qui seront présentées à vos visiteurs: le premier visiteur voit la page A, le deuxième la page B, le troisième la page A, le quatrième la page B….
  2. proposer chacune des versions sur une période donnée: la première semaine la page A, la deuxième la page B.

Il faut ensuite attendre d’avoir suffisamment de visiteurs pour que le test soit pertinent.

A la fin du test, si vous réalisez que la page A obtient un meilleur taux de transformation que la page B, alors supprimez la page B et gardez la A, puis créez une nouvelle page B que vous testerez avec celle qui a remporté le premier test et ainsi de suite. Chaque fois qu’une page remporte un test en ayant  un meilleur taux de transformation, créez-en une nouvelle version encore améliorée pour la tester avec votre meilleure version actuelle.

Vous l’avez donc compris. Votre site e-commerce doit être constamment en test, car il est toujours possible d’améliorer son taux de transformation.

Pour tester vos pages vous pouvez utiliser l’outil gratuit de Google : Google Optimiseur de Site.

Quelles pages faut-il tester ?

  1. Commencez par tester les pages les plus avancés dans votre processus d’achat (ne commencez pas par la page d’accueil!). En effet, les visiteurs qui vont le plus loin (page d’accueil> page catégorie > fiche produit > création d’un compte > choix du mode de livraison …) sont ceux qui sont le plus susceptibles d’acheter, les test A/B sont donc faits pour eux, pour en faire des acheteurs.
  2. Testez vos fiches produits. En principe, la majorité de vos visiteurs arrivent sur votre site non pas par la page d’accueil, mais par vos fiches produits via Google ou les comparateurs de prix par exemple. Un visiteur qui entre sur votre site par une fiche produit est plus susceptible d’acheter qu’un visiteur qui arrive par la page d’accueil, parce qu’il a en principe effectué une recherche bien spécifique sur les moteurs de recherche ou sur les comparateurs de prix pour arriver sur cette fiche produit en particulier.

Le visiteurs qui arrivent sur la page d’accueil ont en principe taper des recherches plus générales, or plus la recherche est spécifique et plus le taux de transformation est élevé. Par contre si le visiteur qui arrive par la page d’accueil, continue sur votre site et se rend sur une fiche produit, alors c’est qu’il y a de forte probabilité pour qu’il soit intéressé par l’achat de vos produits.

En résumé, un visiteur qui est sur une fiche produit est un acheteur au fort potentiel. Il faut donc tout faire pour qu’il ne quitte pas votre site et qu’il décide de passer commande. D’où l’intérêt de tester vos fiches produits, jusqu’à ce qu’elles obtiennent le meilleur taux de transformation possible.

  1. Testez les pages de résultats du moteur de recherche interne de votre e-commerce ainsi que les pages catégories. Ces pages sont souvent délaissées alors qu’elles sont une des portes d’entrée de vos fiches produits.
  2. Testez les pages qui ont le plus de trafic. D’autant plus si ce trafic est payant. Si par exemple, vous payez de la publicité adwords chaque mois pour envoyer des visiteurs vers une fiche produit en particulier, il serait pertinent de la tester en priorité.

Que faut-il modifier pour chaque test  ?

  1. Le titre de la page : vous pouvez varier la longueur de votre titre, utiliser une question ou une affirmation, choisir d’autres mots, changer de ton (familier, soutenu…)
  2. La mise en page : disposition, longueur..
  3. Les images : petite, grande, changement de la photo (produit seul, produit en action…)
  4. L’argumentation : testez différents argumentaires pour convaincre vos clients.
  5. Le bouton d’achat : taille, couleur, texte…etc

Allez au boulot !

 

 

Comment être plus efficace dans votre travail en ligne

Vous travaillez en ligne et malgré les heures passées devant votre ordinateur, il se peut que vous ayez l’impression de faire du sur place, de ne pas être suffisamment productif.

Dans les lignes qui suivent je vais vous révéler 5 conseils pour être plus efficace au quotidien.

L’arrivée des nouvelles technologies a profondément modifié nos habitudes de vie et de travail : téléphone portable, tablette, pc portable, e-mails, réseaux sociaux…

Le développement phénoménal des moyens de communication a fait de l’homme un être multitâche : je discute avec un ami tout en vérifiant mes e-mails, j’envoi un texto tout en regardant un reportage, je parle sur Skype tout en travaillant sur mon site e-commerce… les exemples sont nombreux.

Si vous travaillez sur internet,  le multitâche est devenu votre quotidien. Pourtant, il n’y a rien de mieux pour plomber votre productivité, faire baisser votre attention et vous distraire de vos objectifs.

Les effets négatifs du multitâche :

Tout d’abord, il faut savoir que le cerveau humain ne peut gérer que deux tâches à la fois. Il n’est pas possible d’ajouter une troisième tâche tout en restant précis dans ce que l’on fait.  Faites le test. Essayez d’appeler un ami, tout en envoyant un texto de la main gauche et en écrivant une lettre de la main droite… Vous m’en donnerez des nouvelles.

Une étude a montré que les personnes qui avaient tendance à être multi tâches :

  • avaient plus de mal à filtrer les informations les moins pertinentes,
  • se focalisaient sur les informations superflues,
  • avaient certains problèmes de mémorisation,
  • avaient la mauvaise habitude de passer sans arrêt d’une tâche à une autre.

On se retrouve avec tous les ingrédients d’un travail contre-productif !

5 conseils à mettre en pratique facilement :

Si vous ne souhaitez plus perdre de temps dans votre travail et être réellement productif, commencez par abandonner le multi-tâche.

Il est vrai qu’il peut être difficile de se débarrasser d’une habitude de travail, surtout si elle vous suit depuis des années,  mais voici  5 petits conseils pour y arriver.

1. Regroupez vos tâches.

Prenons l’exemple de l’e-mail. Regarder vos e-mails est certainement l’une des tâches qui vous polluent le plus tout au long de la journée.

Une étude a montré que les gens qui vérifiaient leurs e-mails tout au long de leur travail :

  • changeaient de fenêtre de navigateur 37 fois par heure (contre 18 pour ceux qui ne vérifiaient par leurs e-mails),
  • étaient plus stressés,
  • perdaient plus de temps inutilement.

Solution : Définissez des moments précis où vous pouvez vérifier vos e-mails et interdisez-vous de consulter votre boîte en dehors de ces moments. Par exemple, vous pouvez choisir de vérifier votre boite e-mail 1 fois le matin et 1 fois le soir uniquement.

2. Réalisez  les tâches similaires en même temps.

Ce deuxième conseil est dans la continuité du précédent. En accomplissant en même temps toutes les tâches similaires, vous gagnerez en temps et en efficacité.

Par exemple, au lieu de répondre à vos e-mails tout au long de la journée, faites-le en une seule fois. Répondre à 10 mails d’un coup vaut mieux que de répondre à ces 10 mails à 10 moments différents de la journée.

3. Prenez des pauses

La pause est un élément essentiel du travail, elle permet :

  • de reposer son corps et son esprit,
  • de ne pas perdre en motivation,
  • de prendre du recul sur le travail que l’on effectue.

Déterminez des moments précis pour prendre votre pause.

Déterminez aussi vos heures de début et de fin de travail. Beaucoup des personnes qui travaillent à leur compte sur internet ont tendance à ne pas avoir d’horaires. Cela leur donne l’impression de travailler énormément et tout le temps.

« J’ai travaillé toute la nuit ! »

« Oui, mais t’as rien foutu de la journée et t’as dormi jusqu’à midi le lendemain… ».

Si vous travaillez sans avoir des horaires précises, vous allez avoir l’impression que le travail envahit toute votre vie, alors que fondamentalement, vous ne travaillerez pas plus qu’une personne qui fait 7 heures de travail de suite avec une pause de 30 minutes.

Par exemple, si vous travaillez de 6 heures à 13 heures (ce sont mes horaires préférées) avec une pause de 30 minutes à 10 heures, vous aurez toute l’après-midi pour vous.

4. N’accomplissez jamais plusieurs tâches en même temps.

Cela signifie deux choses :

  • Ne faites pas deux tâches au même moment. Par exemple, si vous avez un coup de fil professionnel à passer faites-le, mais sans rien faire d’autre, ne vérifiez pas vos e-mails en même temps par exemple.

Cela afin d’éviter les désagréments du multitâche que nous avons vu plus haut.

  • Ne passez pas à une autre tâche avant d’avoir fini celle que vous êtes en train d’effectuer. Passer d’une tâche à l’autre est le meilleur moyen pour ne pas avancer dans son travail.

5. Travaillez dans un bureau.

Il est important de créer une délimitation spatiale entre votre lieu de vie et votre lieux de travail.

L’idéal étant d’avoir un bureau et de ne pas travailler à domicile. Si pour une raison ou une autre vous devez vraiment travailler depuis chez vous, il vous faut impérativement vous aménager un bureau dans une pièce séparée.

Cette délimitation spatiale va vous aider à ne pas vous disperser à comprendre (et à faire comprendre à votre famille) que vous êtes en train de travailler à ce moment là et donc qu’il ne faut pas vous déranger inutilement.

Deux cas de figure concrets :

Prenons deux personnes K. et B. avec deux organisations de travail différentes :

L’organisation de K. (qui ne suit pas les conseils que l’on vient de donner):

  1. s’est levé à 12h00 aujourd’hui car il a travaillé jusqu’à 6 heures du matin la veille.

Il était resté sur Skype jusqu’à 1 h30 du mat’ avec un ami, puis voyant l’heure tardive, il avait décidé de ne pas aller se coucher. Il a commencé par consulter ses e-mails. Puis il a flâné un peu à droite à gauche voir ce qui se passait sur twitter, dans l’actualité… Déjà 2h40. Le temps passe vite. Il s’est mis au travail.

Il a commencé par travailler un peu le référencement de son site e-commerce. Puis il s’est rappelé qu’il y avait certainement de nouveaux produits disponibles sur le site de son fournisseur. Il s’y est connecté, effectivement de nouveaux produits étaient disponibles mais sans les prix. Il est donc parti sur sa boite e-mail pour écrire un message à son fournisseur. Message envoyé. Il est 3h20.

Il a voulu reprendre le référencement de son site, mais un ami est venu lui parler sur  WhatsApp « tiens encore là à cette heure là toi ». La conversation s’est prolongée, mais K. qui n’a pas voulu perdre de temps a travaillé le référencement de son site tout en discutant et en checkant ses mails, les réseaux sociaux et l’actualité de temps à autre.

  1. s’est donc couché à 6 heures du mat…. (quel bosseur !).

Il s’est levé à 12 h un peu beaucoup fatigué. Il est 14 heures quand il reprend le travail.

  1. travaille à domicile, dans son salon. Il vérifie ses e-mails, il travaille un peu, il revérifie ses e-mails, répond à 2 messages, puis 30 minutes plus tard le téléphone sonne. Il répond et passe 20 minutes en conversation. Il est déjà 15h00.

A 16h30, il va chercher ses enfants à l’école pour les emmener au sport. A 18h00, il revient sur son ordi et travaille tranquillement jusqu’à 20 heures. Il vérifie ses e-mails, passe d’une fenêtre à une autre, d’une tâche à une autre.

Il est 22 heures. K. est épuisé. Il a l’impression de n’avoir rien fait de la journée et de ne pas avoir avancé.

L’organisation de B. (qui lui suit les conseils donnés dans cet article).

  1. est arrivé à son bureau à 6 heures du matin. Il a commencé par vérifier ses e-mails et a répondu à une dizaine d’e-mails qu’il avait reçu depuis hier. Une fois cette tâche effectuée. Il est passé à autre chose. 

Il a enchaîné par ses 2 heures de référencement quotidien. Il a fini à 08h10.

Comme tous les jours à cette heure là, il appelle son fournisseur pour lui passer commande et se faire livrer avant 12h00.

Il est 08h30. B. écrit un article sur son blog. Une fois l’article mis en ligne, il rédige une newsletter avec les promotions du moment. Il est 10h00.

  1. prend une pause de 30 minutes. Il en profite pour se détendre un peu. A 10h30 il reprend le travail
  2. a reçu 25 nouveaux produits la veille, il décide de les ajouter sur le site sans plus tarder. De manière méthodique, il rajoute les produits un à un sans être distrait par autre chose. Skype, Twitter, ses e-mails, l’actualité… toutes les fenêtres sont fermées.

A 11h30, il a déjà fini. Il vérifie ses e-mails pour la deuxième et dernière fois de la journée. Il y répond tranquillement. Il est 12h00.

B a fini sa journée. Il a toute son après-midi pour lui.

Conclusion : 

Travaillez comme K  si vous voulez passer tout votre temps devant votre ordinateur en étant contre productif. Travaillez comme B si vous souhaitez être efficaces, tout en ayant du temps libre en dehors de vos heures de travail.

 

 

Pourquoi et comment réaliser une refonte de son site E-Commerce

La refonte d’un site e-commerce consiste à le doter d’un nouveau graphisme et bien souvent de nouvelles fonctionnalités, voire d’une  réorganisation complète de la navigation et de la présentation du catalogue produit.

La refonte d’une boutique e-commerce n’est pas une mince affaire, bien qu’elle soit une étape quasi obligatoire pour toutes boutiques qui souhaitent perdurer dans un monde en évolution constante.

Il ne convient pas de se lancer dans une telle aventure  sans être sur ses gardes. Un e-commerçant averti en vaut deux, voici donc ce qu’il vous faut absolument savoir avant de débuter la refonte de votre boutique en ligne.

 

Pourquoi souhaitez-vous refondre votre boutique en ligne ?

Répondre à cette question, c’est définir ses objectifs. Ce qui est primordial si vous souhaitez pouvoir les atteindre. Logique.  Le principal objectif d’une refonte en bonne et due forme devrait toujours être : améliorer les ventes et le taux de transformation, pour y parvenir un certain nombre de sous objectifs doivent être visés :

  • améliorer l’ergonomie et l’utilisabilité de votre boutique
  • améliorer la recherche au sein de votre catalogue
  • Optimiser le processus d’achat
  • améliorer l’aspect de votre boutique. Une belle boutique aura toujours tendance à rassurer le visiteur sur le sérieux du commerçant.

 

Laissez de côté votre feeling et basez-vous sur des données concrètes

Il est peu probable de pouvoir atteindre ces objectifs en se basant sur son « feeling ». L’e-commerce est une science et la place qui doit être laissée à l’intuition et au feeling est pour ainsi dire inexistante.

Un grand nombre de données existent – et doivent être utilisées – pour savoir quels changements opérer sur votre site :

  • Les données sur le comportement de vos visiteurs au sein de votre boutique. Vous pouvez obtenir ses données avec Google analytics ou encore en faisant réaliser une analyse comportementale de vos visiteurs.
  • L’avis de vos visiteurs sur ce qu’ils souhaiteraient améliorer, les problèmes qu’ils ont pu rencontrer… etc  Vous pouvez par exemple créer un questionnaire que vous enverrez à vos clients les plus fidèles ou alors que vous mettrez directement sur le site
  • Les bonnes pratiques en terme d’ergonomie et d’utilisabilité qui ont su prouver leur efficacité dans le monde du e-commerce

 

Refondre votre site avec précaution

Si une refonte réussie améliorera vos performances, il faut garder à l’esprit qu’il y a toujours un risque pour obtenir le résultat contraire, ce qui serait fort dommageable surtout lorsque l’on sait qu’une refonte nécessite un investissement monétaire conséquent.

Pour évite de plomber les performances de votre site voici les précautions qu’il conviendra de prendre :

  • Préférez des modifications graduelles plutôt qu’un changement général en une seule fois. Modifier les différents éléments les uns après les autres vous permettra de pouvoir tester l’impact direct du changement de chaque élément. Si vous changez tous les éléments en même temps, il pourra vous être difficile de déterminer avec précision quel élément a amélioré ou au contraire a plombé les performances de votre boutique.
  • Segmentez vos visiteurs et dans un premier temps proposez la nouvelle version uniquement aux nouveaux visiteurs, puis aux visiteurs qui sont déjà venus puis en dernier à vos clients habituels. Il est important de procéder de la sorte car vous pouvez obtenir des résultats très différents avec les nouveaux visiteurs et avec les habitués. En effet, ces derniers ayant l’habitude de venir sur votre site peuvent être perturbés par tout ces nouveaux changements et ne plus avoir leurs repères, ce qui aura pour effet des performances moindres (au moins sur le court terme). Cet effet ne se fera pas ressentir avec les nouveaux visiteurs
  • Réalisez des tests A/B pour chaque changement effectué pour être sûr que la nouvelle version donne bien de meilleurs résultats que l’ancienne.

 

 

 

Devenez un maitre du reMarketing avec Google AdWords

Le marketing en ligne voit un véritable engouement pour le remarketing. C’est parfaitement logique. Quoi de mieux que d’afficher de la publicité à des personnes qui ont déjà visité votre site ?

Google adwords propose un programme remarketing intéressant. Voilà comment le moteur de recherche procède. Lorsqu’un internaute visite votre site, le réseau publicitaire de Google place un cookie sur son navigateur pour l’identifier. Lorsqu’il visite un autre site dans le réseau d’affichage du moteur, votre publicité apparaît automatiquement pour l’inciter à revenir vers vous.

La puissance de ce concept est évidente.

Il est beaucoup plus efficace de diffuser des annonces aux utilisateurs qui ont déjà manifesté un intérêt à l’égard de vos produits qu’à des personnes qui n’ont jamais entendu parler de vous.

Pour profiter pleinement de cette possibilité, voici ce que vous devez faire.

Vous devez commencer par le marquage de vos visiteurs, car pour que Google démarre son programme de remarketing, vous avez besoin d’un minimum de 500 visiteurs marqués. (Plus d’info sur le marquage de vos visiteurs : https://support.google.com/adwords/answer/2454064?hl=fr)

Ensuite, pensez à concevoir une bannière publicitaire spéciale remarketing, car vous devez avoir une approche nouvelle pour cette audience. Ce n’est pas comme avec les personnes qui n’ont jamais entendu parler de vous. Il est préférable d’attirer l’attention avec une marque ou un produit que le visiteur connaît déjà.

Ensuite, vous avez besoin d’une phrase-choc pour le faire revenir.

Pour cela, pensez à tester plusieurs formats de bannières, en commençant par une imposante 300×250.

Ciblez vos visiteurs selon les produits que vous proposez. Par exemple : si un visiteur s’est attardé sur une chemise, relancez-le avec ce même produit ou avec un produit associé comme un pantalon.

Prenez en compte leur cycle d’achat.

Pour un utilisateur qui achète régulièrement des rames de papiers pour son imprimante, anticipez son prochain achat en lui rappelant qu’il doit commander à nouveau du papier.

Le remarketing prend aussi tout son sens pour les personnes qui ont abandonné leur panier.

Pour savoir comment lancer une campagne de remarketing sur Google adwords, vous pouvez consulter ce lien : https://support.google.com/adwords/answer/3210317?hl=en

 

 

Ne donnez pas trop le choix à vos clients !

L’un des avantages d’un site marchand est de pouvoir proposer facilement un très grand choix de produits. Pourtant, trop de choix peut paralyser l’acheteur et l’empêcher d’acheter. Explications.

Certains sites marchands font le pari de proposer plus de choix pour multiplier leurs ventes. Pourtant, cette stratégie peut ne pas se révéler très efficace, car les acheteurs sont alors confrontés à un problème : ils ont l’embarras du choix. Au final, ils peuvent décider de ne rien acheter, car ils sont littéralement « paralysés » !

Ce phénomène est étudié par Sheena Iyengaar dans son livre « L’art de choisir ».

Elle tente une expérience avec deux stands de confitures, un avec 24 pots différents et l’autre avec 6 variétés de confiture. Le résultat est sans appel : le plus petit stand a vendu 6 fois plus de confitures.

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce résultat.

Quand l’offre est trop variée, les acheteurs peuvent se lasser à force d’évaluer toutes les options. Ils ont peur de ne pas choisir la meilleure et ils se sentent frustrés de ne pas pouvoir prendre de décision. Au final, les acheteurs ne se décident pas, ils s’en vont, ils n’achètent pas.

Que peut-on faire pour éviter ce problème ?

L’embarras du choix est un risque bien réel pour les sites marchands. Voici deux solutions pour l’éviter :

Restructurer vos options.

Prenons le cas du Best-Buy avec 226 téléviseurs différents. Le site doit faire en sorte que les acheteurs ne soient pas directement confrontés à tous les modèles, en mettant en place des filtres avec des critères précis, comme la taille de l’écran, la marque ou la fourchette de prix.

Sur la version francophone du site http://www.bestbuy.ca/fr-CA, Best-Buy va encore plus loin puisque en cliquant sur la catégorie téléviseurs, c’est uniquement une sélection de 11 téléviseurs qui sont proposés sur la centaine de disponible. Si le visiteur souhaite de lui même un plus grand choix, il peut cliquer sur le lien « Produits similaires ? ».

Donner aux clients plus d’informations.

Vous pouvez aider vos acheteurs en leur indiquant le produit le plus vendu ou celui avec le plus d’avis positifs. Ce genre d’informations supplémentaires peut avoir une importance particulière au moment de prendre une décision d’achat.

 

 

error: Site protégé contre les copieurs !!